ec52a8412ef32ef498b6ddb2c939c491

La nature a horreur du vide. Connerie de dicton. Et ben moi, je peux te dire que le vide, je m'y vautre béatement, à la manière d'une connasse qui croit avoir touché du doigt la vierge. Je sais pas trop ce qui me prend en ce moment. Si c'est l'impasse dans laquelle je me suis foutue qui me rend aussi foutrac. Mais je le laisse me chanter ses conneries pendant qu'il prépare à bouffer. Instinct de survie, j'évite toujours de contrarier les gens qui doivent me servir des pâtes, on sait jamais, qu'ils changent d'avis. Je le regarde s'époumoner, tu gâches tes chances, t'envoie toujours tout se faire foutre, t'es pas capable de te tenir à quelque chose. La même ritournelle, je crois que je le désespère. Pourtant je l'aime bien quand même. De tous mes exs, je crois c'est lui que je préfère. Pour sa grandiloquence soporifique et son château hérité l'année dernière. 

C'est marrant quand on y pense, j'aurais pu ne jamais le connaitre. Si j'avais pas loupé le dernier bus ce soir là, jamais je ne l'aurais vu s'approcher pour me demander l'heure. Jamais je n'aurais pu lâcher que je lui trouvais des faux airs de River Phoenix. Jamais je n'aurais pu lui dire sans doute que c'était aussi parce que j'étais un petit peu bourrée. Il n'aurait jamais ri et ne m'aurait pas demandé si ça me tentait qu'un de ces jours on regarde chez lui Stand by me. On a fini par le voir, ce film. On a fumé, on a bu, ect. Toutes ces petites perfections, pour au final ne pas s'être vraiment aimé. Mais on a fait si bien semblant durant ces quelques années que j'arrive parfois à éprouver un peu de nostalgie en le regardant me parler. C'est sans doute ça, l'illusion du bonheur. Y a en certains qui s'y complaisent, peut-être que je devrais essayer aussi.