tumblr_kug8ijb0Q81qzdj6oo1_400

Il me manque toujours un truc. Le truc qu'on contrôle pas. Qui écrase genre rouleau presseur. Ma gueule en 16/9, black & white. La peur, la confusion, l'ennui profond. Alors pour faciliter le malaise, je dis que je sais pas. Même si je sais. Mais tout ça, des conneries. Il a raison, quelque part. J'assume pas. D'être trop en étant pas assez. Le juste milieu, putain mais pour moi c'est vraiment du chinois. Ouais, il serait peut-être temps que j'arrête la déconnade, que j'enlève les boules quies et que je fonce droit dans le mur. Mais pas pour s'esquinter, hein. Nan. Pour me dire que je peux le faire. Ce truc. Sans rien ressentir si ce n'est la liberté, ou appelle ça comme tu veux, parce que bon, en fait je m'en contre carre de la façon dont tu pointes ça du doigt. J'ai l'idée en tête. Un peu brouillon, mais là, dans les tripes. Viscéral (putain, qu'est-ce que j'aime ce mot, viscéral). Bouger le corps, réintégrer la réalité. Faire ça tout en douceur. Sans paniquer. La névrose qui fait clamser de l'intérieur. Toutes ces années, même pas remboursé par la sécu. Saloperie de vie. Des blancs, rien que des blancs. Quelque chose de neuf, en se remettant à espérer quelque chose de pas trop dégueulasse. Je gratte, je gratte, et peut-être que si je ferme les yeux, je finirai pour de bon par y croire.

Je pose les couteaux. Je desserre les dents. J'arrête de dire ta gueule. Et peut-être que si t'es sage, t'auras le droit à un merci mon ange. Mon cuir sur l'épaule. Equipée sauvage. J'ouvre la bouche et des sons en sortent. Quelqu'un que je sais être moi articule. Même qu'il dit pas trop de la merde. Il se retourne, pour être sûr. Personne, il rêve pas, il a quitté son état normal. Il a l'esprit qui flotte. Voit tout ça de haut. La grosse marade. Mais de la fierté au coin des cils. C'est déjà ça. Mais t'emballe pas, c'est pas l'armistice, juste une bataille en cours. Comme si j'allais me débarrasser de moi-même aussi facilement. Y une course contre la montre qui fait rage et pour l'instant je trime à reculons mon grand. Le calme est de rigueur, pas d'alarme. Rien qu'une promesse, au détour d'une allée sombre.

club 8 . everlasting love