normal_I-D_Dec_1996e_0

Je dis souvent que j'aime ne rien foutre mais traîner sur internet, autant que tu veux pour chercher des photos, alors là, bordel je suis la première. Mon ancien boss à la direction artistique savait que je pouvais lui ressortir tous les shootings dont il avait besoin plus vite que pinterest. C'est mon seul intérêt véritable à vrai dire. J'ai dans la tête une banque d'images, tous les clichés de Von Unwerth rangés par ordre chronologique. Je peux te dire à quelle date telle photo aura été tirée. C'est pas une histoire de talent, juste une histoire de savoir. Un savoir qui se perpétue à l'infini. Toute cette connerie, elle est juste cyclique, avec le coup d'avance en prime. "Je sais déjà ce que les gens voudront voir l'année prochaine", il me disait. J'ai claqué la porte parce que j'aime bien l'idée que les gens aillent à contre sens des avis de mecs dans son genre. Je suis une grande naive, je me dis bien qu'on finira par retrouver un peu de créativité pure, casser la machine. Je voudrais bien rencontrer quelqu'un comme ça, un jour.

J'écoute en boucle Kylie Minogue. X est un disque beaucoup trop sous estimé. Je me dis qu'elle est la seule artiste que j'ai envie de voir en concert. Elle a toujours cette mesure dans la démesure, cette classe dans le kitsch, cette émotion dans le froid. Je repense à Confide in me, ma cathédrale pop. Ce titre est une symphonie, n'essayez même pas de me contredire.