01

Tu crois que tu serais capable de dire une phrase, juste une, sans te sentir obligée d'être vulgaire? Nicolas -Les Jolies Choses-

La matinée à zoner sur Tumblr. Je préfère ça à Twitter. Plus de choses à montrer qu'à dire. Tellement je gratte les trucs à vomir par ici. Genre le silence tenace qui te bouffe tout entier. Des kilomètres de pages blanches alors que tout devrait déjà être terminé. Le monde qui tourne sans toi en version hardcore. Toujours la même histoire, erase and rewind tant qu'il te reste du temps à gâcher.

"Fallait pas commencer mais personne a pris le temps de t'expliquer. On t'a jeté les règles en pensant que t'y comprendrais. Mais quand on y regarde plus près t'as pas les épaules pour te la jouer. T'es qu'une mome larguée au pays de la casse. Une de plus qu'a trop bouffé de paradise. Et quand tu te réveilles, t'es seule au milieu de nul part. Entre ceux que t'as préféré oublier, y a les autres qui te lâcheront jamais. Et t'as beau dire, tu sais que tu les mérites pas, quoi qu'ils en disent."

Réduite à reprendre des vieilles tournures de phrases qui puent la loose et le drame. Tellement les choses manquent en ce moment pour s'échapper de ce bordel qui te broie depuis des années. Un sale sentiment sur le coin de la gueule, tu trembles en vrac quand c'est pas pour t'écrouler au sol. Et t'y piges sincérement que dalle quand t'as de l'intérêt qui te coule sur la face. Un peu comme un air que t'avais pas entendu jouer depuis des années et qui te revient tout droit dans les oreilles, sans que tu saches pourquoi. Tellement déroutant que dans le lot, tu te remets à en cracher des belles version old school. Quand ça égratignait dans le bon sens et qu'on se mettait à baliser à la lecture de tes lignes made in acid land. Faut dire que chez certains, ça manquait presque. Comme une profession de foi qui s'est fait la malle pour revenir avec des promesses qui riment à rien. Abandonner le pseudo style de merde pour du fake bien ressenti histoire qu'on y vienne avec le sentiment de pas être à côté de la plaque quand les phrases s'alignent dans le dark. A l'époque où les gens venaient et s'en foutaient de rien comprendre. Ce qui comptait, c'était les tripes à l'envers et la bouche en sang. Eveiller quelque chose au détour d'un mot qui raisonnait à l'infini. Et y voir la vérité comme une évidence malsaine qui n'en a rien à taquer du beau et du grand. Comme un secret trempé dans la douleur, auréolé de gloire et de sublime à deux balles. Un visage qui n'en était pas un, une silhouette perdue dans le vague. Ne rien donner si ce n'est l'impression qu'entre toi et moi, tout devenait possible, même quand les choses n'avaient aucun sens.

ween . baby bitch