009x003

J'ai raté ta vie. Je répète cette phrase en ricannant, le nez dans le verre. Il m'écoute sans broncher, un peu las de mes éternels coups fourrés. Je le regarde et je remarque à nouveau cette cicatrice qu'il a au coin de l'oeil. Une bagarre qui avait mal tourné, à l'époque où nous étions encore ces jeunes amoureux un peu cons. Il remue le fond de sa bière pour faire un peu de mousse avant de le finir cul sec. T'as pas raté ma vie, qu'il me répond en reposant son verre. T'as pas non plus raté la tienne. T'es comme un bateau perdu qui vogue de droite à gauche, sans se soucier de quoi que ce soit. Tu n'as pas de sentiments et c'est peut-être ce qui te sauvera, quand tout se finira. Tu es un monstre d'égoisme, qui prend et qui broie. Tu chiales mais ce n'est que pour la prestance. Tu n'aimes personne, à part toi-même. Tu n'es pas une belle personne, tu ne l'as jamais été, et tu ne le seras sans doute jamais. Et pourtant on y retourne, comme un connard d'insecte qui termine par se faire griller à force de s'être trop approché d'une lampe allumée. On y retourne parce qu'on croit qu'on sera celui qui te changera. Mais tu ne changes pas. Et on ne peut qu'assister, impuissant, à cette longue chute qui n'en finit pas.