tumblr_n7xxrm1EqT1rdpjfqo2_r1_500

Au loin peut-être, revenir sous le feu des projecteurs. Je me ressers un verre, il semblerait que rien n'a changé dans mon paradis perdu. L'alcool a toujours ce même goût de larmes brûlées tandis que l'amertume me consumme. Je tente en vain de me souvenir mais le temps a déjà fait son travail. Je fixe le mur et rien, pas même les jours qui passent. Pourtant, il y a bien longtemps, une âme un peu plus parfaite que les autres me tenait la main, mais que voulez vous, ce sont toujours les meilleurs d'entres nous qui prennent la tengente plus tôt que prévu. J'aimerais bien apaiser la tempête qui secoue mon âme. Mais je ne sais par quel bout commencer. Alors je bois et j'attends ce matin qui ne viendra pas. 

J'ai eu plusieurs vies, et pourtant, je n'en retiens que du vent. Une vie avec et sans moi. Une vie avec et sans toi. J'ai eu une vie qui ne se raconte pas, j'ai eu une vie que tu n'aimerais pas. Des moments feux d'artifices et des moments coca cola. Une vie rêvée que je dessine du bout des doigts, une vie rêvée partie avec toi.

Mais les fantômes ont faim d'ivresse et moi, moi, je n'ai que ça. Je traverse les douleurs en faisant la maligne. Mes gestes suspendus, en pointillés, tout ça, tu connaissais. Comme une vieille rengaine, tu m'as vu tomber, me relever, recommencer. Cigarette roulée, tu m'as aimé pour rien et je t'en voulais. Quand ma voix était des drames, quand mes yeux étaient des larmes. Je t'en voulais de rester, je t'en voulais de ne pas m'abandonner. Quand je n'avais plus les mots, quand il n'y avais plus que moi, tu y croyais. Tu y croyais à cette fille capable de retourner les corps, capable du meilleur, qu'il pleuve ou qu'il fasse froid. Mais moi, je ne voyais rien, je ne sentais rien. Tes soubresauts d'émotions ne faisaient écho qu'aux battements sourds de mon coeur métal. Je n'ai jamais été à la hauteur de l'amour, tu aurais du pourtant le savoir. Je suis toujours plus jolie quand je suis triste.