Streetsbw_sit_outtrl2_001

Tout ça. Grâce illusoire. Dégueuler tripes et boyaux en se disant que tout ira mal. S'affranchir dans le vague de ce qui reste et se demander si ça suffira. Coke baby coke pendant qu'il en est encore temps. On sait jamais ce qui pourrait arriver. Dans le doute tu t'écorcherais des promesses que t'as pas su tenir et qui ne cessent de t'égorger. Siffler l'air qui passe et se sentir partir toujours un peu plus. Au final c'est pas ce à quoi tu t'attendais mais c'est la seule chose qu'on a été capable de te donner. Comme ça, sans avoir rien demander. Les autres qui se marrent alors que tu restes là. A t'ignorer pendant que le monde continue de tourner sans toi. Y a plus personne à l'autre bout du fil mais c'est tellement peu quand t'y regardes de près. Et tu fais des ronds de fumée en clopant les dernières cigarettes à crève pour mieux oublier. Oublier ce truc au creux du bide qui te bouffe tes derniers instants de beauté.

Hell for free que c'était marqué à l'entrée. Mais c'était pas le genre de truc à t'effrayer. T'es monté dans sa bagnole pourri qui t'as emmené direct sur la lost highway. Les cheveux dans le vent et tes sunglasses en toc, t'avais pas l'âge pour ça mais qu'est-ce qu'on en avait à foutre? Sans eux t'avais déjà choisi de t'en aller. Et les autres qui attendaient sur le trottoir qu'on vienne les chercher. Mais il me semble que tu t'es jamais arrêté. Personne pour retenir, c'était rien qu'entre toi et moi, sauf que je crois que t'étais déjà plus là. Et tu me répétais sans cesse que c'était pas la peine de pleurer. Qu'un jour prochain, tout s'arrangerait. Dis le que tu m'as jamais aimé. Ne serait-ce qu'un tout petit peu. Pour faire comme si rien n'avait existé.

archives: 26.07.07