session56_001 session56_002

Une semaine que je veux chialer. Une semaine que ça reste coincée là, dans la gorge. Je ravale, amertume, et tranquille je sors une cigarette. Un peu absente, je m'allonge par terre et je regarde le plafond. J'écoute un vieux truc inaudible, genre l'enregistrement à l'arrache sur une vieille cassette audio. Je pense aux trucs que je voudrais lui dire mais qui ne viennent pas. Silence pesant, le seul truc que je gère à peu près convenablement. Je fais un rapide tour d'horizon sans vraiment me fixer. A voir ma gueule, on pourrait dire que je m'en fous mais je crois que j'ai un peu atteint le point de non retour. Parce qu'au final, c'est comme ça que les choses devaient se passer, ni plus ni moins.

C'est pas comme si je pouvais laisser tout glisser. Pas comme si j'avais les épaules assez larges pour continuer à avancer. Cette chose que les gens calculent pas chez moi. Que peu de personnes arrivent à appréhender. Sans doute la raison pour laquelle je suis sans arrêt la première à me casser. Je sais pas si je dois assimiler ça à de la lâcheté, ou si en fait, c'est juste le seul moyen que j'ai trouvé pour me sauver. Quand j'y réfléchis, ça me file juste un goût de profonde indifférence. Las, j'attends ce que je veux et ce qui ne vient pas. Je serre les poings et j'ouvre ma gueule. Pour cacher. Ca quitte jamais. Le jour, la nuit. Les yeux fermés, le dos crispé. Les heures crament et les gestes se répètent, inlassablement. Impression de déjà vu, toutes ces habitudes. Fatiguée de tout, fatiguée de rien. Féroce. 

Je me repasse sans cesse ce film de cette conversation que nous n'avons jamais eu. Que nous n'aurons sans doute jamais. Je change les réponses, à l'infini. Se raccrocher à ce qui reste, aux futilités. Vivre avec le sourire, con et exaspérant. S'y coller habilement, à tel point qu'on oublie de voir. Je reviens en arrière et j'efface. Le bien, le mal. J'arrache ce qui reste, je fuis et je me perds. Parce que je n'ai jamais rien su faire d'autre. A part filer dans la mauvaise direction.

portishead . roads