41254645

YOU STOLE THE SUN FROM MY HEART

A l'intérieur, ça se bouscule grave. Et j'ai beau fuir en lançant de gros smiles, ça me rattrape et ça me ruine les entrailles. Pas la peine de s'agiter tellement c'est joué d'avance. Entre deux coups de boule, la tête fracassée au sol. Ca pisse le sang, dégueulasse et navrant. Pourtant j'ai tenté de jouer. Le tout pour le tout, lancé entre deux embrumes. C'est à peine si je parle, c'est à peine si j'avance. Profil bas. Le joviale absent. De la frustration, il s'agit bien de ça, qui te bouffe rageusement le bide. Tourner en rond, sale gueule des mauvais jours. La reine des connes, même plus la peine que je m'esquinte comme je sais si bien le faire. Putain on m'avait prévenu pourtant. A l'ouvrir trop grande, pour que dalle. Du vide qui se mélange au vent. Ca vrille, plus aucun sens. De toute façon, je m'en fous. Les raisons et moi, ça n'a jamais été le grand amour.

Le week end à s'atomiser le crâne avec du Manic Street Preachers. En boucle, je pleure même un peu, mais pas trop sinon c'est lourdé dans le mièvre. Pourtant y en aurait des raisons de chialer, des fois. Je stoppe sur des vieilles photos, en m'en faire péter les yeux. Richey par çi, Richey par là. Je bouffe un peu tout ce qui me vient, j'avale et je recrache rien. Au cas où. Si tu lâches tout, c'est foutu. J'avale mon coca de travers, electrochoc super puissant dès qu'une note raisonne. La cervelle bouillone et j'ai l'air conne quand on me demande de baisser le volume. Comme si tu pouvais demander un truc pareil, à eux. Plutôt crever tu vois.

Vraiment pas top, limite chiant. Furieuse. J'attends le prochain coup sordide, presque sereine.

manic street preachers . nostalgic pushead