145

_NON JE NE FAISAIS PAS GREVE ET NON JE N'ETAIS PAS MORTE ET OUI JE VAIS UPDATER PLUS SOUVENT.

Ca faisait longtemps que j'avais pas ramené la gueule de Pete par ici (JOKE). Faut dire que j'update un peu pour ça aujourd'hui. D'ailleurs j'aurais jamais du appeler mon blog Culture Slut mais plutôt Culture Dohery (ou Slutty Pete s'il avait gardé sa crinière blonde, mais ça c'est une autre histoire). Des heures à zoner pour retrouver cette session photoshoot, époque Gemma Clarke et Patrick Walden, pour changer un peu. Et comme ça en passant, j'ai appris que Melle Clarke serait dans un nouveau band, the Krak, et ça se passe par ici. Perso, les Suffrajets me manquent. Enjoy.

Mercredi après-midi, emmerdement total, désoeuvrée, je brasse du vide avec rien de précis sur la gueule. Je passe ici et je relis des vieilles notes. Fatiguant, voilà ce que j'en retiens. Je coupe des trucs, rebrouillonne, puis ferme le tout, énervée. Ca m'a fait me demander pourquoi j'ai commencé l'affaire, si c'était vraiment important dans le fond. Nan, c'était pas important en fait, et puis de toute manière, ça n'a jamais intéréssé que moi cette histoire. J'veux dire, ce qu'il y a dans ma tête, ce qui germe, bouillonne, explose, crève, qu'est-ce que les autres en ont à foutre? Ca m'a fait me souvenir de certains mails que j'avais pu recevoir, sur le fait qu'on comprenait rien à ce que je racontais. Aucune importance. Ce blog, c'est purement égoiste. Un sac à gerbe quand l'envie me prend de dégueuler sur le monde, tranquille, en sirotant un thé à la menthe pour faire passer le goût dynamite. Et puis j'ai pas de chien, faut bien combler les minutes qui s'évaporent.

Coups de fil qui s'éternisent alors que j'avais prévu de glander en pyjama devant des films chiants qui te font te gratter le cul d'ennui mais qu'à la fin, t'es super content d'avoir réussi à supporter les minauderies de réalisateurs pseudo intellos et d'actrices sacrément bonnasses après une session crack. Au lieu de ça, j'ai écrit et ça m'a foutu en rogne. Tellement rien qui se passe que j'en ai chialé pour de vrai. J'avais vraiment envie de tous les broyer, eux et leurs foutus psychoses de merde. Je crois que relire tout ça, ça m'a surtout fait mal, peut-être parce que sans le vouloir, j'ai trop foutu de moi dedans et c'était le truc à éviter pour pas péter un câblon. J'avais pas réaliser avant de tenir le tout devant mes yeux. Pourtant y a Eli qui fait un putain de bon boulot avec moi, genre j'ai jamais vu quelqu'un me soutenir autant. J'admire le self control et les couilles qu'elle a pour pas venir me tarter méchamment la gueule. Etre là, toujours au bon moment, avec de la phrase qui tue et des mots qui me bourdonnent aux oreilles quand ça déraille sévère. Et puis les regrets qui me guettent et m'angoissent. Là, à attendre le bon moment pour me sauter à la gorge et m'étripper bien comme ils savent faire. Alors je me répète qu'il faut vraiment que je le fasse, que je concrétise pour de bon, et pas juste dans mon crâne. Et c'est vraiment une douleur lancinente cette histoire. Parce que je sais que je le tiens enfin. Qu'un truc neuf se dessine mais que j'ai rien en main. Mais j'ai le temps avant de sombrer dans de la pure lucidité. En attendant, je peux continuer à puer le niais pour garder la face.

babyshambles . killamangiro