Nicole_Glamour_UK_2

J'ai toujours eu les doigts trop abîmés pour jouer de la guitare. C'était l'excuse à deux balles que j'avançais surtout pour palier à mon manque flagrant de talent. Genre j'aurai pu être une rock star si je le voulais, vrai de vrai, en sirotant tranquille mon lait vanille à l'arrière de la bagnole qui m'emmenait à l'école. Je le sortais à qui voulait l'entendre. Que ouais, je voulais faire ma maligne comme les mecs sur les pochettes de vinyle. J'avais tout prévu à l'avance. Rien pouvait m'arrêter, sauf peut-être ma connasse de tendance à me foutre en l'air avant même que je commence un truc. Les tournées interminables, à se taper de la coke dans le tour bus. Les concerts foutrac, avec ce qu'il aurait fallu de dégueule et de sueur. Des couvertures à n'en plus finir, genre photoshoot i-D magazine, avec pour compagnie Keith Richards et David Bowie. Des baises en backstage aux Brit Awards, avant de déambuler ivre morte les nibards en l'air en demandant où est la sortie. Faire un prix de groupe en emmenant les gosses de Pete Doherty et Courtney Love à DisneyWorld, et ça, sans héroine. Foutre sur la gueule à des photographes qui voudraient violer mon intimité, avant de me retourner inquiète vers Mary Kate Olsen en pleine crise post anorexie. Etre citée comme LA nouvelle référence mode selon Karl Lagarfeld. Peut-être même devenir la meilleure amie de Parker Posey et Chloe Sevigny. Avoir un putain de look, et ce savant mélange coiffé-décoiffé qui m'aurait fait office de touche personnelle. Monter tous les deux jours dans un avion pour aller je ne sais où, à me faire engueuler par les hôtesses de l'air parce que j'aurais pas suivi les consignes à la lettre. Courir comme une furie dans les aéroports avec pour seules fringues sur le cul une nuisette en soie et un manteau léopard chopées la veille aux puces. Tourner dans un film trop underground et rafler l'oscar du meilleur rôle féminin. Puis remercier devant la foule en délire Dieu et mon chien pour leur si précieux soutien. Faire casser Kate Moss et Jamie Hince, avant de le larguer comme une merde parce que je me serai découverte une folle passion pour VV. Me bourrer la gueule 24/24h histoire d'arriver fraîche pour les conférences de presse. Et puis me mettre à craquer en direct live, genre balourder ma chaise dans l'assemblée et blesser un putain de journaliste au passage. Découvrir que mon état ne serait du en vérité qu'à une grossesse surprise, engendrée par mon professeur de gym. Sombrer dans une depression nerveuse parce que ce dernier veut m'épouser. Discuter de mes problèmes avec Drew Barrymore (parce qu'entres anciennes toxicos on se comprend) et prendre la décision douloureuse de tout lâcher quelques temps. Avant de revenir sur le devant de la scène, avec un album solo qui aurait fait crevé de dégoût tous ceux qui m'avaient trop vite enterrés. PJ Harvey m'aurait envoyé un petit mot, pour me féliciter. Et moi j'aurai claqué tout mon pognon dans une baraque hors de prix dans le quartier chic de Beverly Hills. Accepter la demande en mariage d'une rock star dépravée parce que ma parole, on se refait jamais. Pour finalement divorcer dix neuf jours plus tard pour une histoire de pute à poil dans la baignoire. Me venger en envoyant un coup de fil anonyme à 4h du mat aux flics pour qu'ils débarquent à l'improviste chez lui histoire de retrouver sa came planqué dans son slip. Puis faire l'innocente quand il m'aurait insulté de sale poufiasse nymphomane et dérangée en plein direct dans son reality show sur MTV. Annuler des concerts à la pelle parce que ma fille, Hannah Bella Rosa Katherina aurait chopé une angine. Traîner en justice un ancien amant parce qu'il aurait balancer sur le net des vidéos compromettantes, pour finalement me retrouver en taule parce qu'on aurait pu m'apercevoir sur un des films en train de me faire un fix. Commencer à emprunter tout doucement la pente descendante et flipper chaque matin en croisant mon visage de jeune has been. Et puis refaire surface un beau jour, grâce à un gamin qui, contrairement aux autres, ne m'aurait pas oublié. Et m'offrir pour plus belle récompense un livre intitulé "Forgiveness of sin". Tout ça pour finalement m'enfermer dans une suite luxieuse histoire d'y rester pour l'éternité. Là où la légende aurait pris forme le matin où on aurait retrouvé mon corps pourri par mon sang et les mégots de cigarettes que j'aurai écrasé un peu partout genre testament officiel. Rien que des cendres, sans nom ni visage. Mais pourtant, un souvenir indescriptible dans les mémoires.

J'AI TOUJOURS AIME LES CLICHES.