gallery

"D'aussi loin que je me souvienne, j'ai jamais compris les mots qui me venaient aux oreilles. Un peu comme de la rebellion à deux balles qu'on soigne bien, genre ça fait de la réputation dont on est fière sur le trottoir. A tituber, alcoolique des mauvais soirs. La gerbe dans la bouche au réveil et ces mêmes gueules qui s'agitent en te demandant un rail. On m'a souvent prise pour une droguée (à tord). Un peu comme si ma personne ne tournait qu'autour de ces gens déjà oubliés. Les uns qui crèvent en taule pendant que les autres s'éclatent à Ibiza. Je m'en fous, j'ai juste mal au crâne".

Hier, à passer la soirée à regarder aller et venir les Brats dans un bar glauque qui te fout des angoisses. Des gens bourrés, une belle gueule et quelques prostituées. Je me suis pas tant fait chiée que ça. Pourtant c'est drôle comme la vie peut m'emmerder parfois. Peut-être parce que je suis malade et que je veux pas me l'avouer. Tellement plus drôle de chialer quand on peut avancer. Me tenir par la main pour éviter de m'écrouler. Je préfère donner le change en buvant un diabolo cerise. Sous mes airs de mômes, qu'on ne voit que le simple. Je m'en foutais, j'avais juste mal au crâne.

Des choses qui se passent et qui mettent foutrac. Je pensais pas que ça pouvait m'arriver. J'avais juré ça si fort. Qu'on m'y reprendrait plus. Parole de conne. A regarder ce qui ne me revient pas. Comme si ça pouvait me crâmer. Je ressemble à rien. Je voudrais un truc moche, énorme. Juste pour que j'arrête d'espérer cinq minutes. Une grosse mandale dans la tronche, qui me ferait remarcher droit. Je traîne, des cernes sous mes yeux crevés. La moquette sous mes pieds, sentiment désagréable. Je regarde par la fenêtre, en buvant un peu de Cherry Coke. You won't see me cry, ect. J'ai envie d'une revanche sur la vie. La foutre à plat une bonne fois pour toute. Parce que c'est si simple et si compliqué à la fois. Je rêve, pleins de belles images qui défilent. Je suis trop vieille pour y croire encore. Et pourtant. Ca ne fait que commencer. Même que je devrais me réveiller. Parce que les jolies choses, elles n'attendent pas.

the beyonders . astromonkey